Rémi Tourangin

Rémi Tourangin



Rémi Tourangin est le père de Zulma Carraud. C’est un personnage important de la cité. Mercier-drapier, il tient la boutique la mieux fournie de la ville en belles étoffes, dentelles et autres marchandises. 

En 1778, il est l’un des fondateurs de la société de pensée Les sectateurs de la Vertu, marquée par l’influence de Jean-Jacques Rousseau. Jacobin militant pendant la Révolution, mais également entrepreneur avisé, il accroît sa fortune par l’acquisition de biens nationaux. En 1803, il achète le domaine de Frapesle, où il fait construire sa demeure. En 1807, on le retrouve trésorier de la loge maçonnique nommée Les défenseurs de la Tour Blanche.

Riche homme d’affaire, c’est aussi un humaniste et un original. À Frapesle, il crée un parc à l’anglaise, un jardin philosophique dans le goût de Rousseau. Il y organise des fêtes populaires et patriotiques et une  assemblée annuelle le lundi de Pentecôte. Il fait planter une avenue de peupliers, lieu de promenade ouvert aux issoldunois. 

Il meurt quelques mois avant le premier séjour de Balzac à Issoudun, qui ne l’a donc jamais rencontré. Le vieux républicain et l’écrivain aux opinions réactionnaires n’étaient d’ailleurs pas fait pour s’entendre.


"Tu désires savoir qui je suis ? Rémi Tourangin Né en 1751, marié en 1782, décédé le 8 décembre 1833 Mes titres ? Plébéien. Ma vie ? J’ai traversé la Révolution avec zèle Le remord ne m’a jamais atteint, ni l’avenir effrayé. J’ai aidé à creuser ma tombe J’ai fait graver ce marbre et planter tout ce que tu vois. Au revoir !" Épitaphe de Rémi Tourangin.