Agathe Rouget

Agathe Rouget



Née en 1773 à Issoudun. Il y a beaucoup de malchance et de malentendus dans la vie d’Agathe. À 19 ans, elle est « la plus belle fille d’Issoudun » d’après Balzac. Mais son père, qui ne l’aime pas, l’envoie à Paris, dans la belle-famille.

Chance : elle épouse un certain Bridau, chez de division au Ministère de l’Intérieur de Napoléon. Malchance : il meurt jeune et elle doit élever ses deux enfants : Philippe et Joseph.
À partir de là, il y a dans son destin beaucoup de malentendus.

« Insensiblement, Agathe développât une préférence pour Philippe. Elle concluait de sa ressemblance purement physique avec lui, à une concordance morale, et croyait fermement retrouver un jour en lui sa délicatesse de sentiments agrandie par la force de l’homme. » 

« Agathe aimait Joseph, son second fils, mais sans aveuglement. Elle ne le comprenait pas, voilà tout. Joseph adorait sa mère, tandis que Philippe se laissait adorer par elle.
Aussi la pauvre Agathe, malgré ses vertus, fut-elle la cause de bien des malheurs 
».

Ruinée par Philippe, qui a perdu au jeu les économies de la famille, au désespoir, Agathe revient à Issoudun avec Joseph pour tenter de récupérer sa part d’héritage.

 

Âge en 1822 : 49 ans