Maxence Gilet

Maxence Gilet



Maxence Gilet, dit Max. Né à Issoudun en 1788. Sa mère est l’épouse d’un pauvre sabotier. D’après la rumeur publique, il est le fils du docteur Rouget (ou du subdélégué Lousteau). En 1806, Max, alors âgé de 17 ans, commet un meurtre involontaire en effrayant, à la tombée de la nuit, une jeune femme grosse qu’il surprend dans son jardin où il allait voler des fruits. Menacé de la guillotine, il se sauva jusqu’à Bourges où il rejoignit un régiment en route pour l’Espagne. Fait prisonnier en 1809, il connaît le sort atroce des prisonniers entassés sur les pontons, d’anciens bateaux de guerre reconvertis en prisons flottantes, sous la chaleur des Baléares. Le jeune et beau capitaine tua en duel sept bretteurs ou tyrans, dont il débarrassa son ponton. 
De retour à Issoudun, il devint vite le Grand Maître de l’Ordre de la Désœuvrance. Il était le « fashionable » d’Issoudun. Max avait pris un genre de vie qui lui fit perdre la considération des bourgeois de la ville. Mais il se souciait fort peu de l’opinion pubique.
Amant de  Flore Brazier, la Rabouilleuse, il compte bien en profiter pour accaparer l’héritage du faible Jean-Jacques Rouget.

Âge en 1822 : 34 ans